Chirurgiens-dentistes : Accident d’exposition au sang, prévenir et agir ! Rappel de précautions de votre Ordre.

comptasanteActualités

Comptabilité dentisteVous êtes chirurgien-dentiste installé en libéral. Tout au long de votre exercice il est très important d’être conscient des risques et prendre des précautions concernant l’hygiène et les éventuelles expositions au sang.
Qu’est ce que cela comprend ? Il y a risque lors de manipulations d’instruments rotatifs, tout ce qui est lié aux aiguilles d’anesthésie et instruments pointus…

Votre Ordre vous fait un petit rappel des précautions et des actions à mettre en place le cas échéant selon des protocoles spécifiques. En quoi consistent des AES (Accident d’Exposition au Sang) ? On vous fait une petite synthèse ci-dessous …

 

Déjà, mettons au clair ensemble ce qui est « à risque » et ce qui est défini comme « contact avec du sang » (ou tout liquide biologique contenant du sang) :

  • effraction cutanée : piqûre, coupure..
  • projection sur une muqueuse (oeil) ou peau lésée
  • idem pour les accidents survenus dans les même conditions avec des liquides biologiques : liquides céphalorachidien, liquide pleural, sécrétions génitales …

Que ce soit du sang ou ces liquides, ils sont considérés comme potentiellement contaminants (même s’ils ne sont pas forcément visiblement souillés de sang).

Les règles générales d’hygiènes devant être appliquées :
  • lavage et désinfection des mains systématiques
  • le port obligatoire de gants et d’une tenue adaptée
  • l’utilisation de matériel à usage unique de préférence
  • concernant la manipulation des aiguilles et le respect des bonnes pratiques de manipulation des instruments piquants et coupants :
    • ne pas recapuchonner les aiguilles
    • de pas désadapter à la main des aiguilles et seringues
    • jeter immédiatement les aiguilles et instruments coupants dans un conteneur adapté
    • si utilisation de matériel réutilisable, s’il est souillé, le manipuler avec précaution et en assurer le traitement approprié rapidement

Ces précautions et leur respect doivent être appliqués sans conditions pour l’intégralité de votre patientèle, sans exception !  Idem que ce soit pour le titulaire, le collaborateur ou l’assistante. Il est alors important d’en informer tout le personnel du cabinet, voici les éléments à aborder avec votre équipe :

  • risques et réglementation en vigueur par rapport à l’usage d’objets perforants
  • évoquer les bonnes pratiques en matière de préventions
  • aborder le dispositif de déclaration et prise en charges des Accidents d’Exposition au Sang
  • ainsi que la procédure d’élimination des objets perforants

Cette formation doit être effectuée dés l’embauche de vos salariés et arrivées de vos collaborateurs. N’oubliez pas de renouveler régulièrement ces procédures en cas de modification de l’organisation de travail. N’oubliez pas non plus de mettre en place un affichage sur la conduite à tenir en cas d’AES. Ces informations doivent être consultables dans les zones de soins et de stérilisation, et comporter les coordonnées du service d’urgence le plus proche.

Que faire s’il y a exposition au sang ?

D’abord, il faut évaluer le risque ! Un avis médical est indispensable, le plus tôt possible (au mieux dans les 4 heures qui suivent l’exposition). Cette étape permettra d’évaluer l’importance du risque infectieux (VIH, VHB et VHC). Si possible en urgence, une recherche de statut sérologique doit être effectué avec l’accord du patient.

Il est essentiel qu’une bonne coordination soit mise en place entre le médecin prenant en charge la personne blessée et le patient source afin d’apporter à la victime une sécurité maximale et le meilleur soutien possible.

Déclaration de l’accident
  • Concernant vos salariés, la déclaration d’accident de travail doit être effectuée au plus vite. Elle est indispensable à la garantie des droits de la victime.
  • Pour vous, praticien titulaire ou collaborateur, votre déclaration devra être transmise à votre assureur. pensez à souscrire à une assurance volontaire « accident du travail – maladie professionnelle » auprès de la sécurité sociale ou d’une assurance privée
  • Concernant les personnes accidentées, elles doivent pouvoir bénéficier d’un suivi adapté en fonction du risque. Il faut dépister une éventuelle contamination et repérer les effets secondaire en cas de traitement post-exposition.

Le petit « + » : Il est recommandé de déclarer à l’Institut de veille sanitaire les contaminations dépistées lors du suivi.

 

En pratique : quelle est la conduite à tenir en cas d’accident exposant au sang ?

Tout d’abord, en cas de coupure, piqûre ou contact direct, ne pas faire saigner. Il faut nettoyer immédiatement la plaie à l’eau et au savon et rincer abondamment. Ensuite vient la désinfection : pendant au moins 5 minutes, désinfecter avec un dérivé chloré ou encore de l’alcool à 70. S’il s’agit d’une projection sur les muqueuses et en particuliers les yeux : rincer abondamment au sérum physiologique ou à l’eau pendant au moins 5 minutes. Le principal est d’avoir toujours à disposition le matériel nécessaire aux soins immédiats.

 

comptabilité Professionnels de Santé en libéral